Les rêves de Lætitia Tixier

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Fleurs
  • > Daphy éliane souviens-toi de ta folle jeunesse

7 avril, 2012

Daphy éliane souviens-toi de ta folle jeunesse

Classé dans : Fleurs — Laetitia Tixier @ 11:22

Daphy éliane souviens-toi de ta folle jeunesse dans Fleurs DSCN1425

Vieille lesbienne refoulée, elle milite activement contre l’homophobie

Eliane Daphy, est aussi la petite-fille de Nicolas Doumbliansky, tirailleur sibérien médaillé de la guerre russo-japonaise, un courageux, celui-là

Elle milite activement pour le droit d’auteur et veux imposer ses vue sur Wikipédia:

Je ne suis pas d’accord sur la manière d’écrire l’histoire chansonnière, telle qu’elle est pratiquée désormais par un unique contributeur sur les pages où j’avais travaillé ou que j’avais créées : à savoir, une collection d’anecdotes, sourcées sur Gallica, alors même qu’existent de nombreux ouvrages (spécialistes ou scientifiques) sur la question et sur la période. Prendre comme sources des informations ou des images publiées sur un site internet – souvent de mauvaise qualité –, documents inconsultables n’est pas se fonder sur des sources fiables, car il faut pouvoir consulter les documents en papier. Employer principalement pour la rédaction de l’article des sources journalistiques d’époque non-contextualisées et non-recoupées ; ne prendre en compte aucune des études récentes sur la question ; ne pas contextualiser un auteur ou un artiste dans sa période est ; considérer les potins de coulisses, les canulars, ou les ouvrages polémiques comme des sources fiables ; ne pas faire un référencement précis d’un ouvrage (car aucune lecture d’un ouvrage, sauf consultation partielle sur gogolbouc) : cette manière de faire est la négation des principes de base de la méthode des sciences historiques. Traficoter les citations historiques (auteurs jamais nommés, page des journaux/revues jamais cités), en ne mettant pas le lien vers la page précise de Gallica permettant de vérifier (toujours la page du document) est de la malhonnêteté intellectuelle. Quand j’écris une synthèse des travaux des historiens sur la période, cela a nom « travaux inédits » ou « baratin » ; quand chaque mot est sourcé par une référence d’un article dans Gallica (une ligne par un journaliste), cela a nom « vérificabilité encyclopédique ». Mon ambition, lorsque j’ai débarqué sur Wikipédia en juin dernier, était de participer à la rédaction d’une histoire chansonnière (1970-1950), où les différents participants (paroliers, compositeurs, éditeurs, illustrateurs, salles et directeurs de salles, artistes, journalistes, etc.) seraient présentés, avec leurs rôles, leurs interactions. Je souhaitais, en utilisant les nombreux ouvrages des historiens, contextualiser et synthétiser, pour faire comprendre comment avait fonctionné et évolué ce milieu de production ; en montrant celles des chansons qui été parvenues à notre époque, je souhaitais que soit lisible les processus de notoriété sur la longue durée, et la construction de la mémoire chansonnière.

Cet été, j’ai pensé que le projet était réalisable, et qu’il serait réalisable. Par ailleurs, depuis octobre, j’ai été l’objet des attaques systématiques d’un contributeur (avec plusieurs fônés), d’une agression en bande organisée, de malveillances sur ma PU ou ma PdD. J’ai passé plus de temps à essayer de comprendre le fonctionnement du vandalisme sur l’encyclopédie, pour me protéger des vandales et des contributeurs expérimentés pratiquant l’attaque sournoise, à « reverter » des saloperies sur les pages, à me remettre debout après avoir été massacrée, à essayer de dialoguer avec un contributeur de mauvaise foi qui avec des techniques expertes acquises par longue expérience ne cherchait qu’à provoquer le conflit et à m’exclure, plutôt qu’à rédiger, chercher les sources dans les manuels historiques, apprendre à maitriser les possibilités offertes pas l’encyclopédie. Le jour de Noël, un salopard m’a fait le cadeau de piller les informations qui étaient sur une de mes pages de brouillon, et à créer une page sur l’auteur, joyeux mélange de d’informations pillées sur mon brouillon et de falsifications. Je ne souhaite plus être victime d’attaques du type « homosexuelle » ou « vieille » ; je ne souhaite plus avoir des réflexions du type « la contributrice utilisant son vrai nom, ce n’est pas étonnant que… » ; je ne souhaite pas, à propos du nettoyage des liens copyvio (en conformité avec les recommandations), lire des attaques personnelles basées sur mon nom, des soupçons de « pro-hadopi » et autres fadaises, ni recevoir le conseil de « cesser immédiatement de lutter contre le copyvio, pour mon bien ». Je sais qu’il faut longtemps pour maîtriser les possibilités de l’encyclopédie. Je sais que ce temps nécessaire ne me sera pas accordé, car j’aurai sans répit à faire face à de nouvelles agressions. Je partage désormais le sentiment de mes collègues SHS qui ont essayé de contribuer, et ont cessé : l’encyclopédie n’est pas bienveillante envers les chercheurs (exception pour les sciences « exactes » ou « dures »). Je rajoute, étant femme, que j’ai le sentiment que règnent en maître sur l’encyclopédie sexisme et machisme.

 

Laisser un commentaire

 

naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro