Les rêves de Lætitia Tixier

Bienvenue sur mon blog

14 avril, 2010

Chloé Delaume, de son vrai nom Nathalie Dalain, est une cousine à moi, mais surtout une sacrée coquine

Classé dans : Polemique — Laetitia Tixier @ 20:53

Chloé Delaume, de son vrai nom Nathalie Dalain, est une cousine a moi,  née à Paris le 10 mars  1973. Elle est également performeuse, musicienne, chanteuse, mais surtout une sacrée coquine et je suis jalouse de son intense vie libertine.

 

chloed.jpg

Chloé Delaume est un nom de plume : le prénom Chloé a été emprunté à l’héroïne du roman L’Écume des jours de Boris Vian et le patronyme Delaume provient de l’ouvrage d’Antonin Artaud, L’Arve et l’Aume.

Chloé Delaume passe son enfance à Beyrouth. En 1983 se déroule à Paris le drame familial qui hantera toute son œuvre : alors qu’elle n’a que 10 ans, son père tue sa mère devant ses yeux puis se suicide. Elle racontera ce drame dans Le Cri du Sablier. Elle va ensuite vivre chez ses grands-parents puis chez son oncle et sa tante. Voulant devenir professeur comme sa mère, elle s’inscrit à la faculté de Nanterre jusqu’à la maîtrise. Mais déçue par le système universitaire, elle quitte la faculté et se met à écrire en travaillant dans des bars à hôtesses, expérience racontée, en même temps que sa relation avec Mehdi Belhaj Kacem, dans son premier roman publié chez Farrago/Léo Scheer, Les Mouflettes d’Atropos.

Elle collabore ensuite un temps sous son vrai nom à la revue littéraire Le matricule des anges.

Entre 1999 et 2002, elle fait partie du noyau dur de la revue revue littéraire EvidenZ fondée par Mehdi Belhaj Kacem (son mari jusqu’en 2002). Elle publie 3 textes dans la revue, pour la première fois sous le nom de Chloé Delaume. Elle quitte la revue après le deuxième et dernier numéro.Entre janvier 2005 et juin 2007, elle gère le forum de l’émission Arrêt sur images de Daniel Schneidermann et rend compte des critiques et remarques qui y sont écrites une fois par mois sur le plateau de l’émission. Les membres de cette émission l’appellent « la forumancière ».En 2008, elle participe à la création de la revue de littérature contemporaine Tina (avec Éric Arlix, Hugues Jallon, Dominiq Jenvrey, Emily King, Jean-Charles Massera, Émilie Notéris, Jean Perrier, Guy Tournaye)

Chloé Delaume a écrit plusieurs romans dans lesquels elle travaille la forme dans une recherche poétique originale. Outre son œuvre littéraire, elle compose, en compagnie de Julien Locquet, des textes qu’elle interprète sur les albums du groupe Dorine Muraille. Cette collaboration donne également naissance à des performances multimédia. Son travail est très influencé par celui de l’Oulipo et de Raymond Queneau en particulier, des pataphysiciens.Elle participe également à l’écriture de pièces radiophoniques pour France Culture.Son choc littéraire, le moment où, dit-elle, elle est « entrée en littérature », a été la lecture de L’Écume des jours de Boris Vian.

Elle a d’ailleurs écrit un essai personnel sur l’apport de Boris Vian sur son œuvre, Les Juins ont tous la même peau, titre emprunté au roman de Vian Les Morts ont tous la même peau.Le Cri du sablier, paru chez Farrago, lui a valu le Prix Décembre en 2001.L’autofiction, la technologie, le « bio-pouvoir », le jeu et les enjeux de la littérature sont des thématiques récurrentes dans son œuvre.En 2007, elle publie un livre-jeu, La nuit je suis Buffy Summers, se fondant sur l’univers de la série télé Buffy contre les vampires.La même année, à la suite d’une commande des éditions Naïve, elle consacre un bref roman au groupe de rock français Indochine, dont elle est fan ; en 2009, à l’occasion de la sortie du nouvel album de ce groupe, elle signe les paroles d’une de leurs chansons, Les aubes sont mortes.

Romans
* Les Mouflettes d’Atropos, Éditions Farrago, 2000
* Mes week-ends sont pires que les vôtres, Éditions du Néant, 2001
* Le Cri du sablier, Éditions farrago/Léo Scheer, 2001
* La Vanité des Somnambules, Éditions Farrago/Léo Scheer, 2003
* Monologue pour épluchures d’Atrides, Éditions du C.I.P.M., 2003
* Corpus Simsi, Éditions Léo Scheer, 2003
* Certainement pas, Éditions Verticales, 2004
* Les Juins ont tous la même peau, Éditions La Chasse au Snark, 2005
* J’habite dans la télévision, Éditions Verticales, 2006
* Chanson de geste & opinions, Mac/Val, 2007
* La dernière fille avant la guerre, Naïve Sessions, 2007
* La nuit je suis Buffy Summers, è®e, 2007
* Transhumances, è®e, 2007
* Dans ma maison sous terre, Seuil (collection Fiction & cie), 2009
* Eden matin midi et soir, Joca Seria, 2009

8 avril, 2010

Vagina dentata, le mythe qui fait peur aux hommes

Classé dans : Fleurs,Non classé — Laetitia Tixier @ 18:58

Vagina dentata est le nom latin désignant le vagin denté. Un symbole classique illustrant la peur inconsciente des hommes qu’une femme ait le pouvoir de trancher leur pénis, la femme castratrice.

Le Vagina dentata apparaît dans les mythes de presque toutes les cultures, anciennes ou plus récentes, et quelle que soit la religion dominante. Ce mythe s’ancre sur la menace implicitement liée au rapport sexuel où l’homme, s’il effectue une pénétration toujours victorieuse, connaît invariablement une sortie nettement moins triomphante.

Mais ce mythe repose également sur une origine médicale. En effet, il existe des kystes dermoïdes, issus des cellules embryonnaires contenues dans les couches les plus profondes de l’épiderme. A de très rares occasions, ces cellules sont susceptibles de se transformer en matière osseuse, capillaire ou dentaire. Et ce dans n’importe quelle zone du revêtement épidermique, y compris celui du vagin.

dentata.jpg

Ce mythe est illustré par le film Teeth de Mitchell Lichtenstein.

Dawn O’Keefe est une jeune fille de 17 ans qui prône activement l’abstinence avant le mariage en tant que membre d’une association chrétienne, promouvant notamment le port d’une bague de virginité. Elle rencontre un nouveau membre du groupe, Tobey (Hale Appleman), et tout de suite les deux lycéens éprouvent manifestement un forte attirance physique mutuelle. Lorsqu’ils se révèlent enfin leurs attirances ils décident de cesser de se voir craignant de rompre leurs vœux d’abstinence. Seulement ils cèdent à la tentation et se donnent rendez-vous près d’une fontaine naturelle où ils nagent ensemble et se séduisent. Finalement ils s’embrassent et lorsque Dawn change d’avis et repousse Tobey, ce dernier commence à la violer jusqu’au moment où le vagin de Dawn paniquée mord et arrache le penis de Tobey. Il quitte la scène horrifié puis Dawn, tout aussi choquée, s’évade à son tour.

Après une visite sanglante chez un gynécologue et une recherche internet sur le « vagina dentata » , Dawn comprend qu’elle possède des dents acérées dans son vagin. Elle va par la suite prendre le contrôle de sa sexualité et punir avec ce nouveau pouvoir les hommes qui lui manqueront de respect.

 

 

 

naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro